Influence de la pensée indienne sur l'occident                                    

 

Le Buddhisme, plus que l'Hindouisme, jouit aujourd'hui d'une reconnaissance sociale en occident. L'exil du Dalaï Lama en 1959 a touché les mentalités, invitant les occidentaux à se pencher sur cette religion maintenant reconnue.

L'Hindouisme n'est cependant pas en reste. Au 19è siècle, des linguistes allemands découvrirent une langue, surprenante par sa logique : le sanskrit. Des termes tels que "nid", "soupe", "paradis", "Dieu", ou les nombres 2,3,4, sont sanskrits d'origine. Cette découverte se poursuivit par la traduction des Upanishads, puis des Vedas.

Le Mahatma Gandhi est un personnage qui a frappé les mentalités occidentales. Il proposait comme moyen de lutte contre l'occupant britannique, une pratique ancienne, l'ahimsa ou non violence. La simplicité de son message et sa détermination émut l'opinion publique. Son assassinat, perpétré en 1947, fit de lui un mythe.

Une autre figure marquante est celle de Vivekananda. Ce disciple de Ramakrishna popularisa le message de fraternité entre les religions de son gourou. A la mort de Ramakrishna, il fonda la Mission, qui permit de diffuser en Inde et dans le monde entier la pensée de son maître. Son premier succès eut lieu en 1893 au Parlement des Religions qui le fit connaître et lui permit de recruter ses premiers disciples non indiens. Les Missions ont essaimé partout dans le monde en particulier en Angleterre, en France et aux États-Unis. Vivekananda fut le premier à propager le message de la sagesse antique de l'Inde.

En 1970, un nouveau phénomène culturel apparut aux États-Unis et se diffusa en Europe. Les hippies manifestaient  un mouvement de révolte vis à vis de la société de consommation et cherchaient à retrouver une vie simple, un contact avec la nature. Ils faisaient partie de ce qu'on a appelé la "beat generation". Le terme "beat", signifiant battre la pulsation, désigne ici la recherche d'un état de béatitude. La beat generation, influencée par la culture indienne, prêchait la non violence, l'amour, la paix entre les hommes à une époque où la guerre du Vietnam n'en finissait plus.

Les hippies trouvaient dans l'Hindouisme une liberté de pratique, l'absence de dogme et d'Église telle qu'on peut la trouver en occident. Ils popularisèrent les pratiques du yoga et l'usage des drogues, controversé au sein même de l'Hindouisme.

Les années 70 connurent un engouement pour la musique indienne, notamment pour le joueur de sitar Ravi Shankar. Un des membres des Beatles, George Harrisson, appris d'ailleurs le sitar, tandis que le groupe suivait un stage de méditation en Inde auprès d'un maître réputé.