Nâtarâjâ                                                                    

Nâtarâja est un des cinq aspect de Shiva, le dieu destructeur de la Trimurti. Nâtarâja est le roi de la danse, aussi connu sous les noms de Natesha, le seigneur de la danse ou Sunartaka, le parfait danseur. Il interprète la danse de la destruction de l'univers matérialisée par un cercle de feu.

Nâtarâja n'est l'inventeur de la danse. On dit que c'est Brahmâ qui le 5è Veda, le Nâtya Shâstra, dictant les règles de la danse et du théâtre. Nâtarâja maîtrise toutes les postures de la danse, des plus violentes aux plus lascives.

² Dans sa main supérieure droite, le damaru, un tambour à deux faces, matérialise l'union des principes masculin et féminin, le linga et le yoni.

² Sa main gauche supérieure tient le feu cosmique, Agni.

² Sa main droite inférieure fait un geste de protection contre le mal et l'ignorance.

² Sa main gauche inférieure désigne son pied gauche dansant.

² Dans sa chevelure coule l'eau du Gange.

Quand Shiva, mendiant et ascète, danse devant les femmes des sages, celles-ci se trouvent séduites par ses gestes gracieux et parfaits. Irrités les époux font apparaître devant le roi de la danse un tigre et un démon-nain. Shiva dépouille le félin et s'en fait un vêtement. Il danse sur le démon, matérialisant l'ignorance des sages qui n'ont su reconnaître leur seigneur. Les femmes, quant à elles, symbolisent la dévotion envers Shiva.

La danse de Nâtarâja est éternelle, elle matérialise la succession des jours aux nuits, de la vie à la mort. Elle représente le processus éternel de préservation et de destruction du monde. Nâtarâja est fortement vénéré au sud de l'Inde (en pays tamoul), c'est la divinité tutélaire du temple de Chidanbaram.