Musique indienne                                                             

Il est nécessaire de comprendre, afin d'appréhender cette musique complexe, que pour les indiens, son origine est de nature divine. Le Nada Brahmâ raconte que l'univers tout entier a été créé par la musique et tout ce qui régit ce monde prend sa source dans l'énergie du timbre, ce principe fondamental qui est le "aum".
Au delà, de ce concept métaphysique, on retrouve les premières racines de la musique classique indienne dans les temps védiques. Celle ci, très épurée, à l'époque n'était chantée que sur trois notes.

Entre le 14è et 18è siècle, les influences mongoles et persanes ont divisé la musique indienne en deux styles : hindustani au nord et carnatique au sud, apportant ainsi une richesse et une complexité nouvelle.

 

La difficulté à jouer et à comprendre la musique indienne vient non seulement de son esprit mais aussi de ses aspects techniques, autant au niveau mélodique que rythmique.
Elle se définit donc par deux éléments :

        • le mode musical, Râg ou Raga,

        • un rythme particulier, Tâl ou Tala.

 

Le Râg est un terme sanskrit signifiant passion, couleur et attachement. Les Ragas sont des combinaisons de notes (cinq au minimum) prises dans l'un des dix modes de la musique indienne. La musique occidentale n'en utilise que deux : majeur et mineur. Ces modes ont pour but d'évoquer des sentiments particuliers selon l'occasion, le moment de la journée ou de l'année.

Les Talas sont les différents rythmes possibles. Il y en à 3, 7 , 12, et ce jusqu'à 108 temps. Le Tala fait partie du Raga et ne peut être dissocier de lui. Un Tala, même s'il est différent d'un autre, d'un autre peut avoir le même nombre de temps suivant sa structure, son temps fort etc..

On notera une particularité spécifique de la musique indienne, le Swara, la note. "Sa", correspondant au "do" dans la musique occidentale, n'a pas de hauteur fixée. Dans la musique occidentale, le "la" est fixé à 440Hz et sert de base de fréquence pour les autres notes. Ici, c'est le musicien qui décide de la fréquence à adopter pour le sa, les autres notes seront par la suite réglées par rapport à la fréquence choisie. Cela laisse ainsi un champ d'improvisation plus vaste.

La musique carnatique s'est presque complètement unifiée et les écoles sont maintenant basées sur les mêmes Rags, on compte aujourd'hui 300 rags différents. Cette unification a servi ainsi à étendre la musique à la danse.

La musique Hindustani n'a jamais vraiment connu d'unification, et a développé différents styles.

 

Les instruments indiens sont très nombreux, voici les plus populaires :

       • La voix est considérée comme un instrument à part entière dans l'exécution d'un raga. Les paroles sont considérées superflues, ce qui importe est la virtuosité de la voix, la technique utilisée et les rythmes employés. Interprètes : Malli karjun Mansur, Sheila Dhar...

       • Le Sarangi est un instrument dont les cordes sont frottées par un arc. Il possède trois ou quatre cordes principales et 35 à 40 cordes résonnantes. Son nom, vient d'une expression signifiant "100 couleurs". C'est un instrument très difficile, ce qui explique que les Sarangias (joueurs de Sarangi) sont rares. Interprètes : Ram Narayan.

       • Le Sitar est le plus connu des instruments indiens, il a été popularisé en occident par Ravi Shankar. Utilisé depuis 700 ans, le sitar a des frettes mobiles et des cordes inversées. Il possède 20 frettes et six ou sept cordes à jouer en dessous desquelles se trouvent 19 cordes sympathiques. Le joueur de Sitar gratte les cordes avec un "plecrum".  Interprètes : Ravi Shankar, Vilayat Khan.

 

Ravi Shankar

       • La Tanpura est fondamental dans l'exécution d'un Râg. Possédant quatre à six cordes, la répétition régulière des micro tons définit le champ d'improvisation du soliste.

       • La flûte ,traversière et en bambou, donne un caractère doux au Raga. Depuis peu, elle a acquis un grand rôle, grâce à des interprètes comme Hariprasad Chaurasia.

       • Le Tabla est une percussion qui accompagne le chant et la musique à merveille. Composé de deux tambours, ils se frappent avec la paume de la main ou le bout des doigts, créant ainsi une grande diversité sonore. Interprètes : Zakin Hussain.

 

La musique indienne, liée à la danse, au chant ou purement instrumentale, est une expérience "mystique" pour l'auditeur indien.
Son but n'est pas d'atteindre une extase religieuse mais de faire ressentir le monde, ses vibrations, de créer une symbiose, et s'il s'agit d'une danse alors d'illustrer les textes sacrés.
De nos jours, certains artistes utilisent des samples de Râg ou de Tablas dans leurs musique, en particulier, Asian Dub Foudation et Badmarsh&Shri.

BenJ