Le Mahabharata                                                              

Selon la légende, le Mahabharata fut dicté à Ganesha le sage Vyasa (dont le nom signifie en sanskrit compilateur). Lors de ses méditations à Brahmâ, Vyasa avait vu qu'il devait demander à Ganesh d'être le scribe du poème que lui même composerait. Ainsi fut fait, le dieu éléphant accepta d'être le rédacteur à condition que Vyasa dicte sans s'arrêter. De son côté, le poète exigea que Ganesh comprenne le sens caché de chaque mot, le sens de chaque phrase et de leur implication. Lorsqu'un vers était dicté, Ganesha prenait le temps de réfléchir, d'analyser chaque pensée du poète. Cela permettait à Vyasa de composes les prochains vers. Ainsi, le Mahâbhârata doit être lu avec calme, il faut prendre le temps de lire et de l'analyser sans précipitation.

La toile de fond du Mahabharata est la rivalité entre deux dynasties cousines : les Pandavas (Yudhishthira le chef, Arjuna le guerrier, Bhimsa le colosse, les jumeaux Nakula et Sahadeva) et les Kauravas. Dans ce poème intervient Krishna, fidèle combattant aux côtés des Pandavas. Un des célèbres épisodes du Mahabharata est la Bhâgavad Gîta, socle de la pensée de Gandhi. Ce texte est l’un des plus populaires de l’Inde, mais de nature plus récente que les Vedas

Résumé du Mahabharata

Shantanu était le roi d’Hastinapur. D’un premier mariage avec Ganga était né un fils, Bhisma. Quelques années plus tard, Shantanu aperçut au cours d’une partie de chasse Satyavati, la fille d’un pêcheur. Subjugué par son extraordinaire parfum, le roi décida d’épouser la jeune fille. Le pêcheur accepta, à la seule condition que ce soit les fils de Satyavati qui règnent un jour sur le royaume. Par loyauté envers son père, Bhisma accepta de demeurer célibataire et de céder ainsi le trône à la descendance de Satyavati. 

Satyavati donna naissance à deux fils, Citrangada et Vicitravirya. De ce dernier naquirent Dhrtarastra du clan Kaurava, Pandu et Vidura. Dhrtarastra était l’aîné mais parce qu’il était aveugle, il du céder la possession du royaume à son jeune frère Pandu. Transporté par la colère, Dhritarastra, éleva ses fils dans la haine de leurs cousins Pandava. Les fils de Pandu étaient Bhima, Arjuna, Yudhishthira, et les jumeaux Nakula et Sahadeva. Ils manifestèrent très tôt des dons exceptionnels : Arjuna était un guerrier empli de bravoure, Yudhishthira, un chef aux sages conseils, Bhima était doté d’une force remarquable, et les jumeaux étaient d’une grande beauté. Peu de temps après, Pandu mourut, ce qui donna lieu à de grandes funérailles.

Un tournoi fut organisé en l’honneur des princes de Hastinapur. Parmi eux, Arjuna était le meilleur des archers. Un homme voulu le défier. Son nom était Karna, il était fils d’un conducteur de chars. Arjuna déclara qu’il ne pouvait combattre qu’avec une personne de sang royal. Dans l’espoir de s’en faire un allié, Duryodhana, fils de Dhritarastra, fit Karna roi de Angawardana. Karna intégra alors le clan des Kauravas. Karna était en fait fils du soleil et de Kunti, la mère même des Pandavas. Kunti, avant d’être mariée à Pandu, avait obtenu le vœu d’avoir un fils du dieu de son choix. En invoquant Surya, elle donna naissance à Karna, recouvert d’une cuirasse et portant des boucles d’oreilles. Un jour, Indra, demanda à Karna de lui remettre ces attributs. En échange, il lui offrit une épée capable de tuer n’importe qui.

Dhritarastra était toujours animé par un désir de vengeance à l’égard des Pandavas. Il leur fit construire un palais et y fit mettre le feu. Mais les Pandavas avaient découvert le complot et s’étaient enfuis à temps. Ils se firent passer pour morts et partirent en exil avec leur mère et leurs compagnons. Dhritarastra prit la tête du royaume.

Les cinq frères se rendirent à la fête que donnait la princesse Draupadi afin de se choisir un époux. Le père de Draupadi annonça que celui qui sera capable de ficher cinq flèches dans une cible, en tirant à travers le moyeu d’une roue aurait la main de la princesse. Tous les prétendants se révélèrent incapables de relever le défi, sauf Arjuna. En rentrant auprès de sa mère, Arjuna lui annonça qu’il avait gagné quelque chose. Sans se retourner, Kunti lui dit de partager avec ses frères. C’est ainsi que Draupadi fut mariée aux cinq Pandavas. La nouvelle du mariage d’Arjuna et de ses frères se répandit. Le clan Pandavas décida de revenir à Hastinapur. Dhritarastra du céder le royaume et Yudhishthira, son neveu fut couronné roi. Les Pandavas conquirent de nombreux territoires.

Toujours résolu à éliminer les Pandavas, Dhritarastra les convia à une partie de dés. En raison de son infirmité, son oncle Shakuni, joua à sa place, contre Yudhishthira. Ce dernier perdit successivement sa fortune, ses esclaves, ses éléphants, son royaume, ses habitants. Il en vint à se jouer lui-même, ainsi que ses frères. Il perdit de nouveau. Il ne lui restait plus que Draupadi, qu’il misa. Il perdit une nouvelle fois. Exultant, Duryodhana exigea qu’on fasse venir Draupadi. Pour l’humilier, il voulut lui défaire ses vêtements. Draupadi répliqua qu’elle ne lui appartenait pas. En effet, quand Yudhishthira la joua, il ne s’appartenait déjà plus, comme pouvait-il dès lors la posséder ? L’assemblée ne su quoi répondre.

Pour la récompenser de son intelligence, Dhritarastra lui accorda un vœu. Draupadi demanda la liberté pour ses époux. Duryodhana se plaignit d’avoir tout perdu et demanda à ce qu’on fasse rouler les dés à nouveau. Les perdants devront passer douze d’exil dans la forêt et s’ils sont découverts, douze années d’exil supplémentaires. Shakuni lança les dés et gagna une nouvelle fois. Le cœur lourd, les Pandavas revêtirent des peaux de daim et partirent.

Après douze années d’exil, les Pandavas demandèrent à récupérer leur royaume. Duryodhana refusa, la guerre était inévitable. Le terrible combat s’engagea. Arjuna, le guerrier réputé invincible fut assailli d’un doute lors de l’assaut final. En effet, ses parents lui faisaient face sur le champs de bataille. Malgré leurs différends, comment pouvait-il tuer ceux qu’il aimait ? Krishna avait pris son parti et se trouvait à ses cotés sur le char. Il fait appel à son devoir de kshatriya, "il n’est pas de plus grand bien pour un guerrier que de se battre dans une guerre juste." Mais Arjuna doute encore. Krishna lui répondit alors par un des passages les plus célèbres de la Bhâgavad Gîta :

"la mort n’est pas la fin. L’éternel en l’homme ne peut mourir. L’âme de l’homme ne meurt ni ne naît. Les armes ne peuvent la blesser, le feu ne peut la brûler. Crois-tu pouvoir détruire l’âme ?" Ainsi, selon Krishna ce ne sont pas les actes en eux mêmes qui définissent le karma, mais les intentions qui en sont à l’origine. Après 18 jours de combat, les Pandavas avaient tué tous les Kauravas. Ils purent alors reprendre la tête du royaume de Hastinapur.