Mahatma Gandhi                                                              

 

Mohandas Karamchand Gandhi, né le 2 octobre 1869, appartenait à la caste des vaysas. Son père était le diwan (le premier ministre) héréditaire de la principauté de Kathiawar, au nord de Bombay, sa mère était une personne particulièrement pieuse. Selon l'usage, il fut marié à 13 ans à une jeune fille nommée Kasturbai, dont il eut 3 enfants.

En 1892, il partit à Londres suivre des études de droits dans l'espoir de devenir un brillant avocat. Celui qui allait un jour interpeller les foules du monde entier ne faisait preuve que peu d'éloquence au barreau londonien. Il essaya d'adopter le style de vie du gentleman britannique mais ce fut un échec. Dès qu'il fut admis au barreau, il se hâta de retourner aux Indes. En 1893, sa famille l'envoya en Afrique du sud pour s'occuper du procès d'un parent éloigné. Il y vécu selon lui "l'expérience la plus décisive de son existence". Lors d'un voyage en train, un Blanc lui ordonna de lui céder sa place et de s'installer dans le wagon à bagages. Gandhi, qui possédait un billet de 1è classe, refusa. Il fut expulsé du train, sans sa valise. Une semaine plus tard, il tenait son premier discours aux Indiens de Pretoria. Il obtint le droit aux Indiens de voyager en première et seconde classe dans les trains sud-africains.

Pour suivre pleinement les principes de la Bhagavad Gita, qui préconisait le dépouillement, il abandonna son train de vie luxueux pour l'époque (il gagnait 5000 livres sterling par an) et s'installa en 1904 en plein pays zoulou, à Phoenix. En 1906, il prononça le voeu de Brahmacharya, le voeu d'abstinence qui lui permettrait d'atteindre la pleine maîtrise des sens et des émotions.

C'est en Afrique du Sud qu'il élabora les doctrines qui allait le rendre célèbre et qui libérerait l'Inde de la colonisation britannique. La non violence lui fut inspiré par un des textes de l'Évangile. Pour Gandhi, la violence engendre la violence. En septembre 1906, une loi obligea tous les Indiens de plus de 8 ans à se faire recenser sur les registres de police. L'action non violente qu'il engagea valut à Gandhi le premier de ses séjours en prison. Une nouvelle forme de combat politique venait de naître, le Satyâgraha, la Force de la Vérité. S'il ne pouvait persuader ses opposants par la raison, il jeûnait et acceptait d'être emprisonné, utilisant sa souffrance pour faire changer le coeur de ses adversaires. L'ouvrage de Henry Thoreau* qu'il découvrit en prison allait être à l'origine des nombreuses campagnes de désobéissance civile qu'il allait mener en Inde.

Voici les quelques règles qu'il souhaitait voir suivre par ses concitoyens :

- Le Satyâgraha ne se laissera pas aller à la colère.
- Il supportera la colère de l'adversaire.
- Il n'usera jamais de représailles mais il ne se soumettra, pour quelle que raison que ce soit, à aucun ordre donné dans la colère.
- Il se laissera arrêter et ne s'opposera pas à la saisie de ses biens.
- Il ne laissera quiconque s'emparer d'un bien qui lui aura été confié et il le défendra au prix de sa vie mais sans jamais rendre violence pour violence.
- Pas de représailles, pas de jurons ni de malédictions.
- Il n'insultera pas ses adversaires, ne se servira d'aucun des cris et d'aucunes formules contraires à l'esprit de l'ahimsa.
- Il ne saluera pas l'Union Jack mais il ne l'insultera pas non plus, ni les personnages officiels anglais ou indiens.
- Durant la campagne de désobéissance civile, si quelqu'un insulte ou s'attaque à un personnage officiel, il protégera ce personnage contre l'insulte ou l'attaque, même au risque de sa propre vie.

En 1914, l'Inde vit le retour de l'homme que le poète Rabindranath Tagore surnomma "Mahatma", la grande âme. Après la seconde guerre mondiale, l'Angleterre vota le Rowlatt Act, réprimant toute tentative visant la libération de l'Inde. En respect de ses principes, il décréta une hartal, un jour de deuil. Le 6 avril 1919, l'Inde s'immobilisait, les magasins étaient fermés, les gens restaient chez eux. Malheureusement, des émeutes éclatèrent, la plus tragique eut lieu au Pendjab. Le 13 avril, un général anglais tira sur un rassemblement sans sommation, tuant 1516 personnes. Désormais, Gandhi allait mener une lutte sans merci pour obtenir la décolonisation de l'Inde. En juillet 1919, il lança le mouvement de non coopération. Les indiens devaient boycotter tous les produits anglais, ce qui avait pour but de déstabiliser l'économie anglaise.

En 1922, il effectua son deuxième séjour en prison et fut libéré avant la fin de sa peine pour raison de santé. Il entreprit des marches à travers toute l'Inde pour inculquer aux masses son idéal de non violence. La marche du sel qu'il engagea en 1930 connaîtrait un succès populaire immédiat. Visant à intensifier le swaraj, l'indépendance de l'Inde, les foules marchèrent jusqu'à l'Océan Indien, derrière Gandhi, pour récolter le sel et refusant ainsi la taxe sur cette denrée. Des milliers de personnes furent jetées en prison, Gandhi était l'un deux.

Farouchement opposé à la Partition qu'il considérait comme une mutilation, il traita avec Lord Mountbatten, dernier vice-roi des Indes pour trouver une autre solution. Il ne put malheureusement l'empêcher et le 15 août 1947, l'Inde et le Pakistan devenaient indépendants. L'indépendance de l'Inde provoqua de violentes émeutes dans tous le pays entre les communautés musulmanes et hindoues, des massacres allant jusqu'à éradiquer l'une ou l'autre des religions d'un même village. Gandhi parcourt le pays pour réconcilier hindous et musulmans.

Le 30 janvier 1948, Gandhi, fut assassiné par un fanatique hindou, Nathuram Godsé qui l'accusait de n'avoir pas su préserver l'unité de l'Inde et d'avoir défendu les musulmans. Dans les bras de ceux qui l'avaient toujours soutenu, il appelait Rama, sa divinité de prédilection dans son dernier souffle.

Gandhi ne remit pas en cause le système de castes mais souhaitait l'appliquer avec plus de souplesse. Il s'indigna de la condition des Intouchables qu'il surnommait "enfants de Dieu".

*le Devoir de Désobéissance civile par Henry Thoreau. Un autre ouvrage marqua Gandhi, le Royaume de Dieu est en vous de Léon Tolstoï, avec qui il échangea une importante correspondance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gandhi